jeremy_rifkin_uva

Jeremy Rifkin, la nouvelle ère de la gratuité

Share Button

L’époque est à la morosité dans les médias et sur les réseaux sociaux, essayistes à succès et prophètes de mauvaise augure se succèdent pour prédire, en vrac, l’apocalypse environnementale, l’explosion des inégalités, et son corollaire, la guerre de tous contre tous. Illusion, rétorque Jeremy Rifkin, économiste, théoricien et conseiller politique, qui annonce l’avènement d’une société plus consciente et démocratique, portée par l’extraordinaire révolution technologique en cours.

Coût marginal zéro, késako ?

Après La fin du travail, L’âge de l’accès et La troisième révolution industrielle, la coqueluche des intellectuels progressistes américains précise dans son dernier best-seller, La nouvelle société du coût marginal zéro (sous-titré : L’Internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme) les contours de la réponse collective à la crise globale qui frappe nos sociétés. Sur quoi fonder ce sursaut d’optimisme? Simple, répond Rifkin : nous allons assister à la généralisation d’un phénomène qui n’a été prédit par aucun des penseurs du capitalisme, Adam Smith, Karl Marx ou Keynes, la production à vaste échelle à coût marginal zéro, soit, en langage économique, le moment où le coût devient nul pour toute unité produite supplémentaire. Sur ce nouveau paradigme se fondera une économie du partage et de la gratuité qui viendra tempérer la tendance naturelle du capitalisme à l’accaparement et la concentration.

Internet, de l’immatériel aux biens matériels

Concrètement, Jeremy Rifkin nous invite à méditer la leçon pour lui exemplaire de l’émergence du Web 2.0, l’Internet social. S’en est suivi une révolution qui a bouleversé le monopole des industries de la presse, de la musique ou de l’édition sur la production de contenus : des millions d’usagers s’échangent aujourd’hui à tout instant vidéos, images et textes, ce qui a débouché sur l’encyclopédie collaborative Wikipédia, devenue à présent incontournable, ou les clips home made sur Youtube, fabriqués pour presque rien.

L’erreur serait de croire que cette évolution va se contenir à la production de contenus immatériels. Loin s’en faut, annonce le futurologue, elle ne constitue au contraire que la prémisse d’une mutation beaucoup plus profonde, le Web 3.0, « l’Internet des objets », très exactement le stade où la numérisation s’étendra à tout notre environnement quotidien. Cela avec des conséquences incalculables sur la production en série et la gestion de l’énergie.

Auto-entrepreneurs et « énergie propre »

Ainsi, l’imprimante 3D est en passe de fabriquer des objets d’un niveau de sophistication jusqu’à alors l’apanage des spécialistes. L’agriculteur pourra, via les milliers de capteurs intelligents qui trufferont son exploitation, calculer au plus juste ses besoins en eau. La connaissance pour installer des panneaux solaires et gérer soi-même l’énergie ainsi générée se démocratisera. Et chacun, devenu ainsi « prosommateur » (producteur/consommateur) pourra ainsi dupliquer, transmettre et échanger réalisations et savoir-faire pour un coût zéro, à l’image de ce qui passe dans le domaine du logiciel libre.

Google contre « communaux collaboratifs »

Les détracteurs de cette vision technologique irénique n’ont pas été sans faire remarquer que la connexion générale à l’Internet n’avait pas empêché que se constituent de gigantesques conglomérats, Google, Facebook… gardant la haute main sur les profits générés par la fréquentation des communautés qui y échangent.

Sans doute, reconnait Rifkin, on ne se passera pas de mobilisation politique, sous forme d’associations d’internautes aptes à éviter la privatisation de leurs données et imposer l’horizontalité des échanges – les fameux « communaux collaboratifs », ultime pilier de la pensée Rifkin et support de l’intelligence collective de l’humanité connectée. Utopique? Peut-être. Mais en prédisant une nouvelle cohésion derrière l’apparent émiettement actuel, l’auteur marque des points, et fait œuvre salutaire.

Share Button

Articles liés

  1. Florent Dubois
    Nov 05, 2014 - 10:24

    Tout cela ressemble quand même à une utopie, mais une belle utopie.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Copyrıght 2013 FUEL THEMES. All RIGHTS RESERVED.